Prochain évènement dans :
+ +
4 jours
10 heures
46 minutes
0 seconde

FESTIVAL COUNTRY THUNDER ARIZONA PART#2

Deuxième partie du résumé du Festival COUNTRY THUNDER.

Résumé Vidéo est Dispo en Fin d’article

Ou sur youtube Click ICI : VIDEO PARTIE #2

FESTIVAL COUNTRY THUNDER    par Toly

COUNTRY THUNDER , Florence, ARIZONA By Toly.  – PART TWO (voir partie 1 dans la dernière édition du CWB):

Retrouvez notre résumé vidéo , en 2 parties également, sur ma chaine youtube https://www.youtube.com/channel/UCZLxuC8s8Che8vA3PGozdLA

A l’heure où j’écris ce résumé, les 53ème ACM AWARDS (trophées de l’académie de musique country) viennent de décerner le titre de « Festival de l’année », dans la catégorie « Récompense Industrie » au COUNTRY THUNDER music Festival.

Infos tirées du COUNTRY NOTE

http://www.thecountrynote.com/in-the-news/country-thunder-receives-academy-of-country-music-festival-of-the-year-industry-award/

« La remise des trophées se déroulera au mythique Ryman Auditorium à Nashville Tennessee, le 22 août prochain.

Au sujet du Country Thunder:
Désormais dans sa 25ème année, Country Thunder à Florence, Arizona, accueille chaque année les plus grands noms  de la « Country music » sur scène et un public de plusieurs dizaines de milliers de spectateurs, toujours complet. Le festival s’enorgueillit de faire plaisir aux fans de toutes générations.

Country Thunder n’a pas seulement une programmation toujours excellente avec un mélange de figures légendaires,  de stars en devenir et d’artistes contemporains, mais aussi plusieurs scènes, vitrines des meilleurs talents locaux, et le chapiteau « Electric Thunder », dotés des meilleurs DJs, de nombreux stands de nourriture et articles spécialisés, tours en hélicoptère, et autres… » (…)

Country Thunder ce sont 4 festivals à travers l’Amérique du nord à:

FLORENCE en ARIZONA (USA), (Avril)

CRAVEN dans le SASKATCHEWAN, (CANADA) (juillet)

TWIN LAKE dans le WISCONSIN (USA)  (juillet)

CALGARY en ALBERTA, (CANADA)(août)

Suite de mon expérience 2018 

JOUR 3 :

14H. Aujourd’hui c’est samedi et on attend 2 pointures en fin de soirée BIG AND RICH & TOBY KEITH, alors le monde commence déjà à s’installer.

RUNAWAY JUNE un groupe de 3 jeunes femmes, entame cette journée brulante. Elles jouent une country plutôt classique mais jeune, me font penser aux Dixie Chicks ou à Maddie and Tae. 2 titres classés dans les billboards  LIPSTICK (2017) et WILD WEST (2018). Elles interprètent « Suds in the bucket » de Sara Evans. On s’éclipse après avoir écouté un peu, car le soleil tape fort et on part chercher un peu d’ombre.

15h30 MICHAEL RAY

 Jeune chanteur de 30 ans, il rencontre le succès grâce à l’émission de télé mettant en compétitions des artistes de la musique: « The Next : Fame is at your doorstep ». JOHN RICH (du groupe BIG & RICH) y tient un poste de « mentor ». John Rich devient alors LE mentor de Michael Ray qui remporte la finale.

Un style très rock, rythmes lourds, guitare électriques très présentes, Michael Ray est doté d’une très jolie voix grave qu’il maitrise et d’un physique avantageux.

Habillé d’un jean troué, débardeur noir imprimé « country rebel », laissant voir les nombreux tatouages sur ses bras musclés, casquette à l’envers, il me fait penser, en apparences, à Kip Moore.

Il a déjà 4 tubes à son actif. Son premier fut N°1 en 2015 « Kiss you in the morning »   https://www.youtube.com/watch?v=56m-t2PeKg8 et tous les jeunes chantent en chœur avec lui.

C’est très bien joué, précis, les fins de chanson sont nettes, brutes, rock.

Ses musiciens sont aussi très bons sur une ballade, son second tube en 2015 « Real men love Jesus » sur laquelle Michael Ray a pris la guitare. Le groupe se compose de 1 bassiste, 1 batteur, 2 guitaristes + parfois Michael Ray à la guitare. Toutes les parties claviers sont séquencées (c’est-à-dire déjà programmées dans un ordinateur).

Les chœurs sont finement exécutés par l’un des guitaristes. Bon « entertainer » il sait faire réagir la foule à qui il s’adresse souvent.Michael Ray nous présente son dernier single « Most Nights », dans un style un peu plus country-pop que ses autres chansons. « Her world of mine » est une jolie ballade au sujet de la séparation, et sa voix y est vraiment mise en valeur.

Il chante enfin« Get to you », https://www.youtube.com/watch?v=WXJmTbU0O0g tube incontournable à ce moment, qu’on entend à longueur de journée sur les ondes country. Jolie chanson sentimentale qui ne quitte plus votre esprit une fois entendue.

IL reprend le célèbre « Dust on the bottle » de David Lee Murphy, https://www.youtube.com/watch?v=uNkF_ZpQ4eg un tube de 1995 que tout fan de country doit connaitre, on l’entend très souvent ici dans les festivals.

Pour finir il envoie «Think a little less» tube de 2017. C’était un bon concert. Au-delà de son allure de « bad boy », M. Ray dégage quelque chose de doux et sentimental. Je suis très satisfaite d’avoir découvert cet artiste en live.

Après Michael Ray, direction le chapiteau « Electric Thunder » pour assister à un concours de danse. Le lieu est climatisé, quel bonheur ! Un nombre impressionnant de jeunes gens se masse. Chaque jour de 15h à 16h se tiennent des cours de danse en ligne, et à 17h des concours de danseurs amateurs. Aujourd’hui 19 couples vont nous épater. La foule est très enthousiaste. Les couples nous présentent soit du two-step soit du western swing, avec quelques acrobaties et des passes qui leur sont propres et qu’ils ont dû répéter des centaines de fois…. Ils sont beaux, ont une grande habitude de la piste, c’est un régal de les admirer. Ils ne dansent pas dans un style « concours ». Ce sont des passionnés, très doués.

Pour annoncer les vainqueurs, c’est MICHAEL RAY qui était en concert juste avant qui vient sur scène les féliciter.

18 H : Nous allons nous restaurer.

De nombreux stands, beaucoup de choses grasses, burgers, frites, chips, « funnel fries » (de longs tourbillons de pommes de terre frits)…par 32 degrés pendant 4 jours ce n’est pas très appétissant.

On a heureusement trouvé dès le premier jour un bon plan : les NAVAJO TACOS (tacos des Indiens Navajos).

C’est une grande crêpe de maïs badigeonnée de purée de haricots en grain, recouverte de bœuf effilé, laitue, tomates, oignons, ciboulette et une sorte de vinaigrette à la tomate légèrement relevée. C’est délicieux, copieux, et digeste à la fois.

18h30 le concert de CODY JOHNSON démarre. On file s’installer. La foule commence à se serrer.

C’est bon CODY JONHSON. Violon bien présent, on retrouve avec plaisir une country néo-traditionnelle.

Tous les musiciens portent Jeans, bottes et chemises western, un chapeau de cowboy pour le chanteur vedette, casquettes pour les autres.

« With you I am », succès de 2016, est une jolie ballade. https://www.youtube.com/watch?v=zHv-iLlZ66A

Le groupe chauffe bien le public avec de beaux solos notamment celui du batteur. La nuit tombe et la température descend, une légère brise nous rafraîchit.

Cody Johnson est l’un des rares artistes à s’auto produire. Soutenu par aucun gros label, il a toute liberté de s’exprimer avec la musique country telle qu’il l’aime. Il en est à son sixième album.

Le voilà qui chante « Cowboy like me », l’un de ses premier titres classés dans le top 10 du billboard en 2014. IL jouera aussi son titre célèbre « Wild as you ». Ancien bull rider (rodéo sur taureau), il a conservé l’allure et l’attitude d’un dur cowboy travailleur.

L’ensemble est joué brillamment, et interprété avec passion et sensibilité. Beau concert, très agréable.

20h00 BIG & RICH

Juste après JOHN CODY, la vidéo diffuse une interview back stage de Big & Rich (Big Kenny, John Rich et leur inséparable rappeur Cowboy Troy). Puis leur DJ attitré fait monter la pression, chauffe la foule devenue dense.

J’aime beaucoup BIG & RICH depuis leurs tous débuts. J’aime leur univers farfelu et humoristique, et leurs musiques où se mêlent à la country toutes sortes d’autres styles musicaux, rock, funk, disco, rap… toujours joliment, avec des textes de tolérance, d’ouverture d’esprit, qui me parlent. Ils savent être pêchus ou très mélancoliques, et l’alliance de leur 2 voix ravit mes oreilles. Je suis très impatiente de les voir enfin en concert…

Le grand Kenny entre en scène avec ses lunettes noires et son chapeau rond, toujours prêts à faire le pitre, suivi de John Rich chapeau de cowboy toujours bien vissé sur la tête. Le son n’est pas très bien mixé et les voix sont un peu perdues dans les guitares électriques trop fortes.

COMIN TO YOUR CITY ouvre leur concert, https://www.youtube.com/watch?v=d5LlkvWexvA   c’est une chanson qui réveille ! Puis WE LIKE IT LOUD, dans le même style rentre-dedans !

BABY WHEN I LOOK AT YOU apporte un peu de douceur. Le son s’améliore. Mais l’ensemble n’est pas très précis. Et les chants ne sont pas aussi fins que je l’espérais.

Ils vont alors jouer un « medley » de plusieurs de leurs tubes, ils en ont tellement qu’ils n’ont pas le temps de les jouer tous en entier en 1 heure…

HOLLY WATER (une de leur plus émouvantes, ma préférée) https://www.youtube.com/watch?v=4dXLC1butGc (écrite pour la soeur de Big Kenny, et pour toutes les femmes victimes d’abus), LOST IN THE MOMENT, LOVIN LATELY (avec un clin d’œil à TIM McGRAW qui a participé à la création de la chanson et du clip vidéo).

Ils s’amusent ensuite avec le public au sujet de qui a picolé le plus ! Puis ils rendent hommage aux troupes, c’est incontournable. Patriotes avant tout…

Pour couronner le speech, le public se joint à eux pour un chant patriotique (que je chante aussi sur les soirées que j’anime, lorsque le public s’y prête) GOD BLESS AMERICA. Toutes les lampes torches des portables sont allumées, c’est un beau moment. THE 8th OF NOVEMBRE, une valse dédiée aux soldats morts au Vietnam, vient conclure l’hommage.

On distingue un peu mieux les instruments maintenant, et la pedal steel guitar est bien en évidence pour CALIFORNIA leur tube de l’an dernier. Les musiciens, 3 guitaristes (en comptant John & Kenny), une pedal steel ou banjo selon les titres, bassiste, batteur, le DJ (qui envoi quelques samples), Kenny, John et 1 guitariste chantent,  et les voilà rejoints sur scène par Cowboy Troy, qui vient spécialement apporter sa touche de Rap et de funk. Un cowboy costaud, grand, Texan et noir (ce qui est si rare en country), qui incarne l’état d’esprit ouvert du groupe.

Derrière sa guitare qu’il retourne souvent, Kenny a inscrit en gros LOVE EVERYBODY. Il diffuse un message d’amour et de fraternité et encourage chacun à saluer ses voisins, on se tape dans les mains, tout le monde se salue chaleureusement !  J’adore cette ambiance !

Cowboy Troy s’éclate, il met le feu lorsqu’arrive leur premier gros tube SAVE A HORSE, RIDE A COWBOY.

Sur la scène il y a un bar le « Heroes bar », où des V.I.P. (ceux qui ont payé leurs places très cher) ont pris place et font la fête au milieu du groupe ! Et voilà un héros très spécial qui débarque sur scène : SPIDERMAN qui va offrir les baguettes du batteur à la foule. Ils terminent alors avec ROLLIN , très rock et très fort et une version personnalisée de FAT BOTTOM GIRL de QUEEN.

Au final, vu qu’ils ont passé du temps à parler, rendre hommage, rigoler, ils n’ont pas joué beaucoup de titres…je reste un peu sur ma faim…ils ont tellement de belles chansons…Il faudrait pouvoir assister à un concert complet rien qu’avec eux pour être rassasié. Ils ont parfois joué un peu « par-dessus la jambe » c’est l’ambiance festival qui fait ça, ils s’amusent beaucoup. Ce sont de drôles d’oiseaux, très marrants, qui font de belles compositions et ils ont mis le feu.

22h30 TOBY KEITH

C’est le 3ème concert de Toby Keith que je vais voir. Il est toujours précédé par une vidéo humoristique et publicitaire pour son sponsor (Ford).

Une petite pause entre les 2 concerts permet à chacun de s’assoir après une chaude et longue journée et déjà 3 jours de festivals dans les pieds. Ça boit, ça mange et ça rigole.

AC/DC à fond tout à coup YOU SHOOK ME ALL NIGHT LONG réveille tout le monde. Et c’est parti pour la vidéo de démarrage.

Le concert comment avec la chanson WACKY TOBACHY, un de ces derniers singles. Ça parle de « tabac étrange » comprenez « cigarette qui fait rire ».

À première vue TOBY semble un peu plus en forme qu’en 2016 à Las Vegas. Il a perdu du poids et a l’air plus dynamique. (À première vue seulement). Les musiciens sont les mêmes, avec toujours une section cuivres qui assure.

GOD LOVE HER, AMERICAN FLAG, MADE IN AMERICA.

Les tubes s’enchainent : 54 BEERS AGO, I WANNA TALK ABOUT ME, BEER FOR MY HORSES, A FEW MORE COWBOYS.

Pendant que le guitariste nous gratifie d’un solo, Toby file chercher une bouteille de whisky pour remplir son RED SOLO CUP (gobelet rouge spécial fêtards !).

Le groupe rejoint le guitariste pour enchainer sur WHO’S YOUR DADDY, superbe solo des cuivres et notamment du trompettiste.

Heureusement que son groupe tient bien la route car Toby n’est pas très concentré…J’ai l’impression qu’il n’a pas fait que picoler ce soir et qu’il a testé son « Wacky Tobachy »…Il mâchouille toujours son sempiternel chewing gum comme en 2016. Et il mâchouille aussi tous ses mots.

Il nous raconte une anecdote pour RED SOLO CUP : il l’a joué lors d’un concert en Europe, et il a fait un « flop », le public ne comprenait pas l’humour au sujet de ce gobelet rouge, typiquement américain. Ici par contre c’est la grosse rigolade et tout le monde participe quand il entonne cet hymne à la fête.

Le son est très bon, bien mixé et le groupe joue parfaitement un programme qu’on sent bien rôdé et précis. Ce sont eux qui tiennent tout. Dommage que Toby soit dans un état second, il gâche ses chansons. Il déforme tout, n’articule pas, et peine à garder les yeux ouverts…sa voix n’arrive plus à monter dans les aigus…

Les tubes pleuvent : I LOVE THIS BAR, SHOULD HAVE BEEN A COWBOY, WHISKY GIRL, HOW DO YOU LIKE ME NOW.

Un enchainement de solos de chaque musicien nous amène à la dernière chanson A LITTLE LESS TALK A LOT MORE ACTION .

Les Américains ne sont pas très virulents pour faire un rappel, un peu mous…Mais ça y est, ça se réveille et enfin ça commence à crier ENCORE, ENCORE ! Et oui, c’est le mot ici pour dire UNE AUTRE !

Au bout d’un long moment Toby revient enfin pour chanter AMERICAN SOLDIER.

Au final j’ai adoré le groupe le concert était beau mais un peu gâché par Toby lui-même. Dommage.

JOUR 4 : dernier jour …

16h MORGAN WALLEN

Je ne connais pas sa carrière qui est toute fraiche. Jeune natif du Tennessee de 25 ans. IL remporte du succès cette année grâce à son tube UP DOWN qu’il chante avec le duo FLORIDA GIORGIA LINE. IL joue une country assez rock et moderne. Sa voix n’a rien d’exceptionnel mais il est plutôt bon.

Son premier single THE WAY I TALK contient un texte bien redneck : « je parle comme ça, je suis comme ça, ça résume ma vie et d’où je viens ». Les gens autour de nous la connaissent bien et chantent avec lui. Dans l’ensemble il joue des rythmes plutôt lents et appuyés. Il reprend notamment dans son genre le PLAY SOMETHING COUNTRY de BROOKS AND DUNN.

WHISKY GLASS est une jolie chanson dans la mouvance actuelle, ça pourrait bien faire un hit.

Il continue de nous dévoiler ses influences Rock/Neo Metal dans un medley. Tout d’abord Il interprète brillamment IN THE END de LINKIN PARK, hommage à son chanteur décédé et enchaine avec YOU GIVE LOVE A BAD NAME de BON JOVI, puis POUR SOME SUGAR ON ME de DEFF LEPPARD (dont les Américains raffolent, je vous en ai parlé dans la première partie CWB précédent).

IL nous quitte avec son tube actuel UP DOWN.

On file se rafraichir sous le chapiteau Thunder electric ; Surprise, un mariage redneck va avoir lieu.

Le DJ envoie SHE THINKS MY TRACTOR’S SEXY de KENNY CHESNEY pour accueillir le futur marié, Jean, chemise blanche et chapeau, et son témoin tenue cowboy aussi, précédés du pasteur en Bermuda, Tiags et torse nu, avec une peau de renard sur les épaules !

MAN I FEEL LIKE A WOMAN de SHANIA TWAIN fera venir les demoiselles d’honneur en sautillant, T-shirt, short et tiags, suivies de la mariée, mini robe blanche et tiags qui arrive aussi en se trémoussant. Ambiance survoltée pour ce mariage avec un public nombreux. La cérémonie dure 3 minutes avec un discours peu conventionnel du pasteur. Après avoir dit « I do » les voilà qui repartent» sur le tube de FLORIDA GIORGIA LINE et BEBE REXHA « MEANT TO BE », applaudis par une multitude d’inconnus joyeux. Dans la haie d’honneur se glissent quelques cowboys plein d’humour vêtus seulement de leurs bottes, chapeaux et string aux couleurs de l’American Flag !! Les filles se précipitent pour se faire photographier avec !

IL est 18h on va manger notre délicieux Navajo Taco et on s’installe pour le prochain concert.

20h BRETT YOUNG

Là il y a foule ! Normal, c’est la star montante du moment et après lui arrive la mega star Luke Bryan.

BRETT YOUNG a 36 ans, et a sorti son premier album en 2016 et connu rapidement le succès avec son premier single. Il fut élu «nouvel artiste masculin» de l’année 2017 par les ACM (Academy of Country Music).

Il a une voix assez nasillarde, pas toujours très jolie mais il chante bien. Il est beau gosse et les jeunes filles jouent des coudes pour approcher la scène. Look pantalon militaire, baskets, t-shirt noir et casquette à l’envers, un corps de sportif plein de tatouages.

Accompagné de 4 musiciens, version « essentiel » : batterie, basse, 2 guitares, efficaces.

Il lui arrive de prendre la guitare comme pour celle qui va suivre : LIKE I LOVED YOU, https://www.youtube.com/watch?v=PG2azZM4w4o le gros tube N°1 sur les ondes à ce moment-là. Tout le monde  chante.

BEAUTIFUL BELIEVER est une chanson de reconnaissance pour la femme qui l’a soutenu, épaulé, qui a traversé avec lui des moments difficiles afin qu’il atteigne son but artistique. Il en profite pour remercier aussi les radios qui diffusent ses titres.

L’un de ses guitaristes se met parfois aux claviers. À eux 5 ils font du super boulot. C’est beau, propre, fin. Brett Young est sympa et se penche ver ses fans tout en chantant, serre de mains, signe des autographes tout le long de l’avancée de scène.

IN CASE YOU DIDN’T KNOW, classé N°1 en 2017, fait chanter tout le monde. https://www.youtube.com/watch?v=7qaHdHpSjX8

Le son est bien équilibré. C’est un concert assez calme car la plupart de ses chansons sont douces, mélancoliques. Donc ce n’est pas tonique dans l’ensemble. Lui-même semble assez nonchalant. Peut-être une cool attitude de Californie dont il est natif ? Mais c’est un beau moment bien joué et très agréable à écouter. Je connaissais déjà tous ses hits. Lui et son groupe ont assuré.

IL termine avec son premier tube, un peu plus dynamique que les autres : I CAN’T SLEEP WITHOUT YOU. https://www.youtube.com/watch?v=H06Ep1MTRW0

21h00 LUKE BRYAN «  What makes you country tour »

J’ai la chance de le voir pour la troisième fois. Jamais déçue, c’est un grand artiste.

L’excitation est à son comble lorsque les premières notes de HUNTING, FISHING, LOVING  EVERYDAY résonnent…

Quelques notes de banjo, une batterie forte, puis s’ajoutent les sons saturés des guitares …Les musiciens font trainer les accords…et le voilà qui apparait, avec sa guitare acoustique, son jean et T-shirt moulants et sa casquette (à l’endroit).

2ème titre I DON’T WANT TIS NIGHT TO END, la casquette est retournée, je guettais ce moment il fait toujours ça ! Une chanson et hop, à l’envers !

Il lâche sa guitare et arpente l’avancée de scène en serrant les mains qui se tendent vers lui. Décontracté, il joue, il fait le pitre en gonflant ses pectoraux, Les filles hurlent et il en oublie son texte ! IL rit et tout le monde avec lui sourit. Tout le monde chante le refrain à tue-tête.

Les musiciens qui l’accompagnent sont toujours les mêmes. Une équipe performante, qualité au top, le show est bien rôdé et les enchainements bien huilés…

Après ALL MY FRIENDS SAY de 2007, il entonne LIGHT IT UP tiré de son tout dernier album WHAT MAKES YOU COUNTRY, qui, soit dit en passant, est une réussite, mieux que l’avant dernier à mon humble avis.

S’en suit IS SOMEONE ELSE CALLING YOU BABY de 2009.

Viennent alors 2 gros hits tirés de son dernier album MOST PEOPLE ARE GOOD, joli two step aux accords mélancoliques pour ce message d’espoir en l’espèce humaine, et WHAT MAKES YOU COUNTRY (titre de son dernier album) qui vous rentre la peau avec un rythme puissant (cette chanson rappelle Hunting, Fishing, Loving everyday)  pour dire qu’on a chacun un petit truc qui fait qu’on est country, on peut être très différents tout en étant dans une même communauté country.

Pour STRIP IT DOWN , un slow sensuel, Luke fera une jolie démonstration de ses qualités de chanteur et de sa simplicité. En effet, à la fin du titre, la poussière le gênant dans ses vocalises, il n’hésitera pas à recommencer plusieurs fois le même petit passage jusqu’à ce qu’il soit bien exécuté, tout en plaisantant avec le public notamment sur le fait que lui-même est jury dans une émission de télé réalité !

Il nous explique combien c’est difficile de chanter dans les conditions du désert. L’air est terriblement sec et poussiéreux, ce qui n’est pas idéal pour les cordes vocales. Il plaisante aussi sur l’état déplorable de sa peau déshydratée par ces conditions extrêmes, lui qui est originaire d’un état humide (Géorgie) est obligé de s’enduire de crème hydratante « ne diffusez pas ça sur les réseaux sociaux »  nous lance-t-il blagueur !

Il poursuit avec DRUNK ON YOU HOT ON SUMMERTIME et CRASH MY PARTY.

Il a tellement de tubes à son actif, tout ce qu’il joue est un hit.

De chaque côté de la scène, surplombant les musiciens, des places sont réservées pour les V.I.P., ils ne peuvent pas être plus près !

Luke prend sa guitare et va jouer seul, séquence intimiste, échange privilégié entre l’artiste et son public.

De petits extraits de DO I,  SEND IT TO MY EX,  FAST.

Un salut aux troupes, à la police, aux professeurs des écoles, aux infirmières et aux chirurgiens esthétiques et à celles qui ont bénéficié de leurs services ! Il est taquin et malicieux, il ne manque pas d’humour.

Les musiciens reprennent leur rôle sur CRASH MY PARTY.

Pour la chanson suivante, Luke invite ceux qui ont un verre à le lever à la mémoire de ceux qui nous sont chers et qui ont quitté ce monde. Il demande aussi que chacun allume la torche de son téléphone portable. Cette chanson c’est DRINK A BEER. Très émouvante chanson dédiée à son frère et sa sœur décédés prématurément. J’ignore comment il arrive à la chanter sans pleurer. Tout le monde chante avec lui et des dizaines de milliers de petites lampes brillent dans la nuit… C’est un moment terriblement émouvant et impressionnant.

Encore un tube avec PLAY IT AGAIN

RAIN IS A GOOD THING nous ramène à une country plus traditionnelle, classée N°1 en 2010

MOVE est un tube de l’an dernier et fait monter la pression pour les dernières chansons du concert. Il s’amuse à bouger ses fesses de façons à faire crier les filles !

Ses musiciens sont de véritables machines, tout est impeccable. Très discrets et un peu en retrait jusque-là, les voilà qui se lâchent un peu sur COUNTRY GIRL (shake it for me), le guitariste se fait pousser sur un flight case à roulettes jusque dans l’avancée de scène alors qu’il joue son solo, et les femmes dans le public aussi d’ailleurs se lâchent un peu !

Le groupe commence les premiers accords de THAT’S MY KINDA NIGHT et voilà Luke qui arrose le public avec sa bouteille d’eau, il tape toutes les mains en bordure de scène. À la fin de la chanson les musiciens continuent de faire tourner les accords pendant que Luke salut le public du COUNTRY THUNDER et offre quelques bières afin de trinquer avec les fans. IL quitte la scène sur les accords qui continuent. Puis les musiciens font un final pendant lequel le batteur va lâcher toute son énergie dans un ultime solo.

Ils ont assuré grave !

Le COUNTRY THUNDER FESTIVAL est terminé. Nous sommes, heureux, comblés et épuisés…

J’ignore encore quel sera le prochain mais vivement le prochain festival !